13/09/2018

Notre avocat porte plainte contre le maire

Alliance Anti-corrida

En 2017, Pamela Anderson avait souhaité rencontrer le maire de Nîmes, au nom de l'Alliance Anticorrida, pour lui remettre une pétition de 600 000 signatures contre les corridas de Nîmes. Mais Jean-Paul Fournier lui avait opposé, par courrier, une fin de non-recevoir, estimant qu’une rencontre n’était « pas nécessaire » !

Quelques mois plus tard, la star et Claire Starozinski, présidente de l'Alliance Anticorrida, ont décidé de déposer le document, authentifié par huissier, à l'accueil du secrétariat du maire, pour que ce dernier puisse au moins en prendre connaissance. Elles étaient accompagnées de l'avocat de l'association; Me Lionel Marzials, dûment missionné.

Contre toute attente, l’accès à l’hôtel de ville, bâtiment public, a été catégoriquement refusé aux médias, venus en nombre, mais également à notre avocat. S’étant fait refouler, malgré sa qualité de citoyen nîmois, ce dernier a dû patienter à l’extérieur alors que n’importe quel citoyen lambda avait la liberté de pénétrer dans l'édifice public.

L'avocat a aussitôt informé son bâtonnier de l'incident, exposant qu’ « empêcher un avocat d'accomplir sa mission d'assistance et de conseil auprès de son client est une atteinte grave aux libertés publiques, dont le premier magistrat d'une grande ville devrait être le garant intransigeant. »

Assimilant fallacieusement notre démarche à une « manifestation interdite des anticorrida » le maire a assuré « qu’à aucun moment, n'avait été donnée la moindre instruction pour empêcher un avocat de rentrer dans l'hôtel de ville » ! Devant pareille duplicité, sans qu'aucune excuse ne lui soit présentée, Me Marzials a déposé une plainte pour entrave à l'exercice de sa profession et discrimination auprès du procureur de la République, le 11 septembre.

Les médias en parlent :